Le portail de l’immobilier au Togo
Avec IMMOBILIER.TG, achetez en toute sécurité

Immobilier.tg est un site web créé par Maître Komi TSAKADI, Notaire à Lomé et son équipe dynamique, jeune et passionnée.

Particuliers, vous recherchez à acheter, à bailler ou à vendre un terrain (urbain, rural), une maison avec ou sans titre foncier, immobilier.tg vous offre gratuitement des conseils juridiques... >>>

Location Vente
Type de bien
Ville

Rôle du notaire

Beaucoup de propriétaires pour diverses raisons n’ont pas pu faire de titre foncier sur leurs biens immobiliers. Aussi la grande majorité des ventes immobilières dans notre pays se fait par acte sous seing privé avec un niveau très élevé de risques juridiques.


Ces risques tiennent à la forme du contrat de vente (sous seing privé) d’où de nombreux litiges portés devant les juridictions pour : l’inexécution des obligations contractuelles; vente d’un terrain consentie successivement par le propriétaire, au profit de personnes différentes; escroquerie; refus des héritiers de reconnaître la validité de l’aliénation consentie de son vivant par leur auteur, vente d’un terrain indivis par un prétendu mandataire des indivisaires; action en revendication exercée par les propriétaires réels contre les propriétaires apparents ou contre les acquéreurs (application de la théorie de l’apparence)…


 Or, en cas de litiges précités, l’acte sous seing privé a une force probante de preuve inférieure à celle d’un acte authentique. Alors que le premier n’est valable jusqu’à preuve de contraire, le second est valable jusqu’à inscription de faux. En effet, l’acte auquel le notaire confère l’authenticité est assorti d’une force probante, c’est-à-dire incontestable mais aussi d’une force exécutoire obligeant chaque signataire au respect de ses engagements, sans jugement ni procédure. Malgré l’obligation légale édictée par l’article 2 du décret n° 66-186 du 29 octobre 1966 modifiant certains articles du décret foncier du 24 juillet 1906, de faire constater les mutations du droit de propriété immobilière par acte authentique, les parties continuent à dresser les actes sous seing privé, au moment ou après la vente de terrain.


Toutefois, lorsque l’acquéreur voudra plus tard immatriculer le terrain en son nom, il sera obligé de recourir à un notaire ou au tribunal afin d’obtenir un acte authentique. Dans la pratique, la préférence est donnée au tribunal. Il est demandé alors au tribunal de rendre un jugement en confirmation de vente. Ce jugement ayant la valeur d’un acte authentique délivré par un notaire. Mais encore faut-il avoir un contrat de vente valable. Le recours préalable au notaire permettra d’avoir un contrat de vente bien ficelé juridiquement car ce professionnel du droit immobilier fera toutes les vérifications pour s’assurer de la qualité du vendeur et de l’identification du terrain vendu.


Dans le contrat de vente, il doit être mentionné : les noms et prénoms du vendeur et de l’acquéreur, leur capacité à contracter (le vendeur doit être le propriétaire de l’immeuble, si c’est un mandataire, il doit disposer d’un mandat express, ou les indivisaires doivent avoir donné expressément leur accord unanime pour la vente au représentant de l’indivision ou de la succession), la situation de l’immeuble, sa forme géométrique, sa superficie (le terrain doit être délimité et borné)… L’achat de terrain non immatriculé au Togo génère trop de contentieux qui encombrent les tribunaux.


On peut donc éviter ces contentieux en se faisant conseiller par un professionnel du droit immobilier (le notaire) qui pourra faire les vérifications nécessaires en vue de sécuriser l’investissement immobilier, notamment en vérifiant la qualité du vendeur et toutes les informations sur le terrain à acheter. Ainsi le notaire pourra prévenir des déconvenues comme l’achat des terrains dans des réserves administratives, ou des terrains déjà vendus… voire des conflits devant les juridictions qui coûteront plus chers en termes d’argent et de temps sans pour autant offrir une garantie de gagner en procès.


Dans la pratique, les acquéreurs s’arrêtent à la formalité des trois tampons, remettant la finalisation du dossier d’immatriculation à plus tard (quelques années, voire des dizaines d’années). Le droit d’enregistrement de l’Etat de 5% se calculant sur la valeur actuelle du terrain, plus ces formalités sont retardées, plus la valeur du terrain augmente, de sorte que les droits à payer deviennent plus coûteux.


Même si le terrain n’a pas de titre foncier, le recours à un notaire est recommandé pour faire les vérifications préalables susmentionnées et les formalités  d’immatriculation.